Isolation des murs : les bonnes pratiques

Accueil Le guide complet de l’isolation Isolation des murs : les bonnes pratiques

Isolation des murs : un investissement qui rapporte

Inconfort thermique, hausse des factures, insalubrité ? Si vous avez remarqué de tels changements dans votre quotidien c’est sûrement dû à un problème d’isolation. Les murs représentent une grande partie de la surface totale de la maison. Les pertes thermiques peuvent donc être importantes et s’étendre jusqu’à 25 %. Après l’isolation du toit, c’est la meilleure façon d’optimiser ses dépenses énergétiques. L’enjeu est donc réel quand on souhaite faire des économies. Même si cela semble compliqué, pas de panique ! Nous sommes là pour vous guider vers les meilleurs investissements à faire en terme d’isolation des murs. Il suffit de prendre en compte quelques paramètres et d’appliquer de bonnes pratiques, et le tour est joué !

Sommaire :

isolant mur

Bien choisir l'isolant pour ses travaux d'isolation des murs

Véritable enjeu économique, les travaux d’isolation des murs ne sont donc pas à prendre à la légère. Avant de les débuter il faut bien comprendre de quoi il s’agit et comment optimiser ses performances grâce aux matériaux et produits présent sur le marché.

Pourquoi l'isolation des murs est elle importante ?

Si vous ne l’avez pas compris, le mot d’ordre est économie ! Mais pas seulement ! Depuis quelques années déjà, l’état a mis en place des normes et réglementations thermiques pour pousser les propriétaires à réduire l’empreinte énergétique de leur habitation. Et cela passe principalement par la pose d’une bonne isolation. Actuellement, il en existe deux :

  • La Réglementation Thermique des Bâtiments Existant de 2007 (RT 2007) : elle concerne les millions de foyers construit avant 1974. Elle impose des normes de résistance thermique minimale aux bâtiments anciens, faisant preuve de peu ou pas d’isolation du tout. A cause de ce manque d’isolation, ils sont responsables de 40 % des dépenses énergétiques de la France.
  • La Réglementation Thermique de 2012 (RT 2012) : elle concerne les bâtiments neufs et impose un certain niveau de qualité d’énergie grâce, notamment, à l’utilisation de techniques d’isolation modernes. L’objectif est de limiter des dépenses énergétiques des nouveaux biens immobiliers.

Que vous soyez concerné par l’une ou l’autre, l’isolation, c’est aujourd’hui une question de loi. On ne peut pas y échapper et cela serait d’ailleurs regrettable puisque bonne pour le portefeuille et pour l’environnement, l’isolation des murs semble être une solution efficace aux problèmes énergétique de notre siècle. De plus, bien choisis, les isolants thermiques pourront faire d’une pierre, deux coups, en vous protégeant non seulement des variations de température extérieure, en vous offrant une bonne étanchéité à l’air, mais également un doublage éventuelle contre les nuisances sonores de votre quartier. L’isolation des murs apporte donc une réelle valeur ajoutée à votre habitation. Dans l’optique d’une revente de votre bien, cela peut être intéressant d’envisager des travaux d’isolation surtout quand depuis 2006, un diagnostic énergétique est devenu obligatoire lors de la revente de votre logement. Le Diagnostic de Performances Énergétiques (DPE) devient un véritable critère de choix pour les acquéreurs, au même titre que le prix ou la localisation.

Comment choisir son isolant ?

L’isolant c’est la clé d’une bonne isolation thermique des murs. Il ne faut donc pas laisser le choix au hasard. Pour cela, c’est la nature de l’isolant ainsi que ses caractéristiques techniques qui doivent être prises en compte. Pour être de bonne qualité, un isolant doit être doté :

  • D’une grande résistance thermique : plus l’isolant sera résistant, plus il sera performant. Une résistance supérieure ou égale à 7 m².K/W est considérée comme une résistance efficace pour un isolant
  • D’une faible conductivité thermique : un mur bien isolé c’est un mur qui ne conduit pas la chaleur. Généralement, on estime que les bonnes valeurs de conductivité pour un isolant se situent entre 0,025 et 0,05 W/m.K

Il n’existe pas d’isolant universel, utile pour toute la maison. Il faut donc bien prendre en compte ces indicateurs de performance, qui se trouvent sur l’emballage de chaque isolant, pour faire le meilleur choix.

Ensuite, vient la nature de l’isolant. Au-delà des caractéristiques techniques vu précédemment, chaque famille d’isolant apportera d’autres propriétés vous permettant de répondre au mieux aux exigences de votre habitat. Et pour cela vous avez le choix entre trois familles :

  • les isolants naturels : issus de matière animale ou végétale, ils offrent une bonne isolation thermique et phonique de vos murs tout en étant sains. Ils sont généralement perméables et seront donc à privilégier en cas d’humidité. Ils peuvent néanmoins être sensibles à la moisissure et au feu. Parmi les isolants naturels on retrouve la laine de bois, différents mélanges (chanvre, coton et lin) ou encore du liège
  • les isolants minéraux : fabriqués à partir de matières minérales, ils sont incombustibles (résistent au feu) et imputrescibles (ne pourrissent pas). Ils ont cependant tendance à s’affaisser avec le temps et doivent donc être changés tous les 10 ans pour assurer la qualité de l’isolation. Parmi les isolants minéraux on retrouve la laine de verre ou laine de roche qui sont les plus connus
  • les isolants synthétiques : modelés à partir de matière plastique, ils offrent une excellente isolation des murs en un minimum de place. Légers et imperméables, ils ne sont toutefois pas de bons isolants phoniques et sont hautement inflammables. Parmi les isolants synthétiques on retrouve le polystyrène (extrudé ou expansé), la mousse de polyuréthane ou encore la mousse phénolique

Isolation des murs par l'intérieur vs par l'extérieur

Une fois le choix de l’isolant fait, il faut savoir quelles techniques appliquer. Et là aussi, il faut choisir en s’adaptant aux contraintes de ses structures. Tout comme l’isolation du sol, l’isolation des murs peut se faire de deux façons différentes :

  • Par l’intérieur : les isolants sont introduits à l’intérieur de plaque de plâtre sous forme de rouleau, de panneau ou de morceau (vrac). C’est la technique la plus connue et la plus réalisée
  • Par l’extérieur : on recouvre la partie des murs qui est exposée à l’extérieur à l’aide de panneaux ou d’enduit.

Chaque méthode possède ses propres avantages mais aussi ses inconvénients, il s’agit donc de faire le meilleur choix en fonction de ses moyens et de ses contraintes. N’hésitez pas à vérifier et demander conseils auprès de magasin spécialisé ou de professionnels qualifiés.

L'isolation des murs par l'intérieur

L’isolation des murs intérieurs est une solution facile et économique qui est la plus répandue dans les ménages français. Elle ne nécessite pas de faire de déclaration de travaux et est donc plus rapide à mettre en place. Comme pour les isolants, il existe différentes méthodes d’isolation des murs par l’intérieur. Parmi elles, on retrouve :

  • L’isolation des murs par collage : l’isolant est directement collé au mur et à la cloison de finition. Il peut aussi se trouver sous la forme de panneaux à visser, quand il s’agit de surfaces moins adhérentes comme du bois ou du métal. C’est la plus répandue, la plus maîtrisée et la moins chère. On retrouve cette technique pour une isolation au polystyrène, notamment.
  • L’isolation des murs sur rails : l’isolant est mis en place à l’aide de rails, il faut donc qu’il soit rigide ou semi-rigide. C’est une technique d’isolation très efficace et surtout rapide à faire
  • L’isolation des murs par contre cloison : on remplit l’espace entre le mur et la contre cloison par un isolant en vrac (en morceau). Le principal avantage de cette technique est qu’on peut régler sur-mesure la qualité de l’isolation en modifiant, à sa guise, l’espacement entre le mur et la cloison et donc l’épaisseur de l’isolant, mais en prenant le risque de perdre de la surface habitable

Il est également possible de réaliser une isolation intérieure mince grâce aux nouveaux matériaux présent sur le marché. Cependant, cette technique demande un savoir-faire particulier afin de répondre aux normes thermiques en vigueurs.

L'isolation des murs par l'extérieur

Plus difficile à mettre en place et plus coûteuse, l’isolation extérieure surplombe cependant l’isolation par l’intérieur en terme d’efficacité. Elle permet de réduire jusqu’à 100 % des ponts thermiques de la maison, c’est-à-dire les zones où l’isolation thermique des murs est interrompue. 

Comme pour l’isolation par l’intérieur, l’isolation des murs par l’extérieur peut se faire de différentes façons :

  • Par un bardage : les panneaux isolants sont montés sur des tasseaux fixés au mur. C’est la technique la moins efficace puisqu’on perd le principal avantage de l’isolation des murs par l’extérieur : les montants forment plusieurs ponts thermiques qui viennent réduire les performances générales de l’isolation. Cette technique reste néanmoins très utilisée pour l’isolation des murs en pierre
  • Par des panneaux enduits : c’est la solution la moins chère en isolation extérieure. Les panneaux isolants sont directement vissés ou collés à la façade puis recouverts d’un treillis et d’une couche d’enduit de finition. Ici, pas de ponts thermiques, la façade est entièrement recouverte d’une couche isolante
  • Par un enduit isolant : les murs extérieurs sont recouverts d’un enduit isolant, minéral ou végétal puis d’un crépi de finition

Toutes ces techniques induisent la modification de la façade de votre habitation et donc nécessitent de faire une demande d’autorisation de travaux auprès de votre mairie. Avec une isolation par l’extérieur, le produit isolant forme une couche totalement imperméable à l’air qui recouvre toutes les parois de la maison.

Isolation intérieur vs extérieur : laquelle privilégier ?

 AvantagesInconvénients
Isolation par l’intérieur– Technique d’isolation des murs la moins chère
– La façade n’est pas touchée : les travaux peuvent débuter à votre demande
– On ne peut pas éviter la création de pont thermique
– La surface habitable sera partiellement diminuée
– Isoler une pièce nécessite de bloquer son utilisation le temps des travaux
Isolation par l’extérieur– Réduction drastique des ponts thermiques
– La surface habitable n’est pas touchée
– Les murs sont protégés des variations climatiques
– Autorisation de travaux nécessaire
– Travaux d’isolation plus coûteux
– Modifie la façade du bâtiment

Qu’il s’agisse d’une isolation intérieure ou extérieure, une attention toute particulière doit être apportée à l’isolation des fenêtres, notamment à la jonction entre le mur et la fenêtre. C’est jusqu’à 15% d’économie que vous pouvez réaliser. De plus, faites attention à ne pas négliger les problème d’humidité. Quelle que soit la technique choisie, il est indispensable de  prendre en compte la présence d’humidité lorsqu’on parle d’isolation des murs. Mal réalisée, elle peut venir aggraver vos problèmes déjà existants et non seulement venir réduire les performances thermiques de votre isolant mais, dans les cas les plus graves, rendre insalubre votre maison. Pour éviter de perdre du temps et de l’argent il est nécessaire de bien prendre en compte ce facteur et vérifier que les matériaux utilisés sont perméables et imputrescibles. Le mieux est encore de demander conseil à un professionnel qui saura vous guider nos seulement dans la découverte de la cause d’humidité mais également dans le choix des matériaux adaptés à cette contrainte.

professionnel isolation

Les aides financières pour tous vos travaux d'isolation des murs

Si l’état exige certaines normes et réglementations sur l’isolation, elle aide aussi les particuliers à financer leurs travaux. Et pour l’isolation, elles sont multiples ! Quel que soit votre niveau de revenus ou la structure concernée, des aides gouvernementales sont disponibles. Toutefois, ne perdez pas de temps puisque certaines d’entre-elles sont amenées à changer dès 2021. Parmi les aides on retrouve :

  • La réduction de TVA : si vous faites appel à un entrepreneur professionnel pour vos travaux d’isolation des murs, vous pouvez bénéficier d’une TVA à hauteur de 5,5 % au lieu de 20 % initiale. Cette réduction concerne seulement les logements de plus de deux ans. Elle s’applique sur la pose et l’équipement du professionnel
  • L’Éco prêt à taux zéro : si votre logement a plus de deux ans, vous pouvez contracter ce prêt pour financer tous vos travaux de rénovation énergétique
  • Le Crédit d’Impôt pour la Transition Energétique (CITE) : il permet de déduire de ses impôts une partie de la somme engagée dans ses travaux d’isolation des murs. Exclusif aux ménages aux revenus intermédiaires ou aisés, il sera supprimé d’ici 2021
  • MaPrimeRenov : elle remplace le CITE et s’adresse aux ménages les plus modestes. La prime est versée dès la fin des travaux si vous avez fourni un dossier complet au préalable
  • Les primes énergies des Certificat d’Economie d’Energie (CEE) : elles sont attribuées sous certaines conditions par votre fournisseur d’électricité sous forme de chèque ou de bon d’achat

Toutes ces aides peuvent être cumulées sous conditions d’éligibilité. Il est important de vérifier ces conditions pour profiter un maximum des aides mises à la disposition des particuliers. Elles peuvent également financer d’autres travaux de rénovation comme l’isolation des combles ou le changement d’un appareil de chauffage. Cela vous permettra d’améliorer grandement la performance globale en énergie de votre foyer ou d’augmenter sa surface habitable en envisageant l’isolation du sous-sol par exemple.

Vous avez désormais toutes les clés pour débuter vos travaux d’isolations des murs. Entre le choix de l’isolant et de la technique d’isolation, la prise de décision peut être compliquée. Maintenant que vous en savez un peu plus sur le monde de l’isolation et plus particulièrement sur l’isolation thermique des murs, n’hésitez pas à faire appel à un professionnel du domaine pour adapter, de façon optimale, votre isolation à vos contraintes et améliorer le confort de votre logement pour toute la famille.

Bien isoler ses murs, c’est avoir la possibilité d’économiser jusqu’à 25% d’énergie tout en améliorant le confort de toute la famille.

Pour isoler des murs, il existe deux techniques distinctes : l’isolation par l’intérieur ou par l’extérieur. Chacune de ces techniques présentent des avantages et des inconvénients. Il est donc nécessaire de se renseigner au préalable afin de répondre au mieux à ses contraintes.

Il existe aujourd’hui de nombreuses aides pour financer tous vos travaux de rénovation. Elles sont systématiquement soumises à condition mais sont assez variées pour répondre aux ressources de chacun.

0 %
de perte thermique

Une mauvaise isolation peut entraîner jusqu’à 25% de perte de chaleur. C’est autant d’économies possibles.