Isolation des murs intérieurs minces : quelles solutions ?

Accueil Le guide complet de l’isolation Isolation des murs : les bonnes pratiques Isolation des murs intérieurs minces : quelles solutions ?

L'isolation par des isolants minces est-elle possible ?

Lorsque l’on construit son logement ou que l’on souhaite le rénover, l’isolation est une étape importante qu’il ne faut pas négliger. Bien la penser en fonction des caractéristiques de son habitation permettra, à terme, de faire de nombreuses économies. Et pour cela, deux structures sont essentielles et à prioriser : l’isolation des murs et des combles. Responsables respectivement de 25% et 30% des pertes de chaleur de la maison, ces deux structures sont des facteurs déterminant dans la lutte contre le gaspillage énergétique. Les améliorer permettra d’accroître le confort de toute la famille. Cependant, l’arrivée récente sur le marché de certaines techniques comme celle d’isolant mince fait débat. Sont-ils vraiment efficaces et sûrs pour nos maisons ? 

Sommaire :

Comment reconnaître une bonne isolation thermique des murs intérieurs minces ?

Quand on souhaite réaliser une isolation de mur on peut le faire de deux façons :

  • Par l’extérieur : l’isolant utilisé sera directement accolé à la façade du logement. L’isolation des murs extérieurs est une technique onéreuse mais qui réduit grandement les dépenses énergétiques notamment en terme de chauffage
  • Par l’intérieur : c’est la plus connue et la plus réalisée en France. L’isolation des murs intérieurs est très facile à mettre en place mais elle réduit inévitablement l’espace habitable

Que l’on souhaite isoler par l’intérieur ou par l’extérieur, des contraintes et des inconvénients apparaissent. Heureusement, il semble émerger des solutions à ces problèmes, notamment l’utilisation d’un isolant fin pour permettre de minimiser la perte d’espace lors d’une isolation de mur intérieur. Mais qu’en est-il réellement ?

salon canapé et plante verte

Qu'est-ce qu'un isolant mince ?

Principalement pour des travaux d’intérieur, l’épaisseur de l’isolant peut être très importante. Un isolant mince, aussi appelé produit mince réfléchissant (PMR), est une superposition de fines couches isolantes synthétiques, végétales ou minérales et compressées pour donner cet aspect “fin”. L’ensemble de ces épaisseurs est alors recouvert de feuilles thermiques réfléchissantes permettant de réduire les échanges d’énergie par rayonnement. En fonction de l’isolant, les les matériaux peuvent changer du tout au tout, il est donc important de connaître sa composition avant de faire son choix. Pour déterminer la qualité de ce type matériau, il faudra alors faire attention aux propriétés de chaque isolant qui le compose (conductivité et résistance), ainsi qu’au nombre d’épaisseur présentes. Généralement, les isolants minces sont des matériaux fabriqués sous forme de rouleau et ne dépassent pas le centimètre d’épaisseur. Ainsi, quelle que soit la surface, ils pourront s’y adapter.

Comment poser un isolant mince ?

Malheureusement, si leur épaisseur est optimisée, leur efficacité ainsi que leur résistance ne l’est pas. En effet, la résistance, paramètre clé de la qualité d’un isolant, ne dépasse pas les 2 m²K/W dans le meilleur des cas. Cela correspond tout juste aux recommandations minimales imposées par le ministère de la Transition Écologique et Solidaire. Ainsi, une seule conclusion peut être faite : un isolant mince multicouche ne peut être utilisé qu’en complément d’une isolation thermique épaisse. De part sa forte étanchéité, il est par exemple en mesure de faire d’excellent pare-vapeur pour les isolants dit “classiques”. Associé à un bon système de ventilation, il peut venir accroître les performances de ces derniers et empêcher les problèmes d’humidité. Cependant, la pose de l’isolant mince multicouche étant déterminante dans son efficacité, il est nécessaire de confier la pose à un professionnel qualifié et certifié RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) comme la société Muretanche (Qualibat et RGE).

Isolation des murs intérieurs minces : avantages et inconvénients

Vous l’aurez donc compris, une isolation de mur intérieur par un isolant mince multicouche ne peut se faire qu’en complément d’une isolation thermique classique. Elle ne vous permettra donc pas de gagner en surface habitable mais elle n’est tout de même pas à écarter de vos projets.

Quels sont les avantages d’un isolant mince ?

Une isolation des murs par un isolant fin peut être envisagée si vous souhaitez entreprendre des travaux. Leur ajout peut être un avantage certain puisque se sont de matériaux :

  • Résistants : ce sont des matériaux solides capables d’éviter les infiltrations d’eau, de résister aussi bien à l’humidité, au feu, à la moisissure qu’aux nuisibles potentiels (rongeurs, insectes). Un point important pour l’isolation des murs en pierres, sensibles à l’humidité. Ils permettent donc d’assurer l’intégrité de l’isolation dans le temps et ne demandent que peu d’entretien
  • Non toxiques : ils ne sont pas toxiques ou irritants comme les laines minérales (laine de verre ou laine de roche par exemple)
  • Minces : en complément d’une isolation classique, les isolants minces améliorent les performances énergétiques globales en un minimum de place

Quels sont les inconvénients d’un isolant mince ?

Comme pour tous les isolants du marché, un isolant peu épais possède tout de même des inconvénients. Parmi eux, on retrouve :

  • Une mauvaise performance thermique : comme évoqué ci-dessus, les isolants minces proposent une faible résistance et conductivité aux variations de température. Ils ne peuvent donc pas être utilisés seuls, au risque de ne pas respecter les réglementations en vigueur
  • Une mauvaise isolation phonique : les isolants minces ne sont pas adaptés pour créer une isolation à la fois thermique et phonique comme en sont capables certains isolants classiques
  • Un prix élevé : victimes de l’effet “nouveauté”, les isolants minces restent des matériaux assez onéreux dont le rapport qualité/prix n’est pas optimal

Ainsi, on ne le répétera jamais assez, un isolant fin peut être une solution seulement s’il vient en complément d’une isolation “classique”. Les deux viendront alors se compléter afin de protéger au mieux le logement et ses occupants.

Les isolants minces et les primes énergie

La rénovation énergétique est, depuis peu, fortement soutenue par l’Etat. De nombreuses aides et primes ont vu le jour afin de permettre à tous, quel que soit le niveau de revenu, d’entamer une transition énergétique. L’isolation des murs avec des isolants minces ne fait pas exception à la règle et est, au même titre que toute autre isolation, éligible aux primes énergie.

Toutes les aides au financement des travaux d’isolation thermique

Elles sont diverses et se multiplient afin de faire s’accélérer les actions en faveur de l’environnement. Parmi ces primes on retrouve :

  • Le Crédit d’Impôt pour la Transition Energétique (CITE) : amené à disparaître en 2021, il est encore disponible pour les foyers aux ressources élevées, leur permettant d’exonérer une partie des frais de rénovation de leurs impôts
  • Ma Prime Rénov : elle n’est pour le moment accessible qu’aux foyers aux revenus modestes et très modestes. Elle leur permet de financer une partie des travaux. Elle remplacera le CITE d’ici 2021, date à laquelle la prime sera ouverte à tous
  • L’Éco prêt à taux zéro : Il permet de contracter un prêt dont les intérêts sont directement payés par l’Etat
  • La TVA à taux réduit : elle s’applique sur l’intervention d’un artisan certifié RGE ainsi que sur les équipements nécessaires aux travaux. Pour une amélioration des performances énergétiques, la TVA s’abaisse à 5,5% au lieu de 20%
  • Les aides de l’Anah : l’Agence Nationale pour l’Habitat entame également des actions pour financer les travaux de rénovation énergétique des particuliers éligibles
  • Les primes CEE : elles sont distribuées par les fournisseurs d’énergie et de carburants pour sensibiliser les particuliers à la lutte contre le gaspillage énergétique

Peut-on cumuler les primes énergie ?

Toutes ces aides interagissent entre elles. Certaines peuvent alors se compléter et se cumuler, à l’image de l’Eco-PTZ, ou Éco prêt à taux zéro, et les aides de l’Anah qui, à elles deux, vous apporteront un réel soutien dans votre transformation énergétique. D’autres combinaisons sont envisageables sous conditions d’éligibilité. N’hésitez pas à vous renseigner un peu plus sur ces offres, car il serait dommage de ne pas en profiter. Notez que tout les isolants ne sont éligibles au même nombre d’aides. Un isolant synthétique comme le polyuréthane ou le polystyrène vous rend accessible à d’aides financières que les isolants naturels.

Ainsi, l’isolant mince ne forme pas la révolution attendue par les fabricants. Cependant, il n’est pas à écarter totalement de vos projets car ses avantages vous permettront d’optimiser un peu plus votre isolation et donc de réaliser de plus amples économies. Il est important de faire appel à un professionnel qui saura vous guider et vous orienter dans vos choix afin d’adapter, au mieux, l’isolation à vos besoins et contraintes.

Un isolant mince ne peut pas être utilisé seul. Avec sa faible résistance et conductivité, il doit impérativement être complété par une isolation classique pour répondre aux normes imposées par l’Etat.

Il s’agit est un mélange de fines pellicules d’isolants divers (polystyrène, laine de verre ou laine de bois par exemple), compressés puis entourés de feuilles thermiques réfléchissantes. Il permet de créer une barrière entre l’air extérieur et l’air intérieur afin de protéger les logements des variations de températures entre les deux milieux.

Elle bénéficie des mêmes aides que pour toute autre isolation. Il en existe plusieurs comme Ma Prime Rénov ou encore les primes Coup de pouce. Dans tous les cas, la pose doit se faire par un spécialiste certifié RGE (Reconnu Garant de l’Environnement).

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela. J'accepte Lire la suite