Isolant thermique : comment faire son choix ?

Accueil Le guide complet de l’isolation Isolant thermique : comment faire son choix ?

Bien choisir son isolant thermique pour faire des économies

Quand on souhaite réaliser des économies d’énergie, la méthode la plus efficace est de mettre en place une isolation de qualité pour toutes les structures de la maison. Elle doit être adaptée à votre logement, vos besoins et vos contraintes. De nombreux autres points doivent également être pris en compte comme la nature de la structure et la méthode d’isolation employée. Toutes ces données vont vous permettre de faire le meilleur choix d’isolant et donc de réaliser la meilleure isolation. Comme aucun isolant n’est universel, on peut difficilement en recommander un plus que les autres. Il sera toujours à adapter selon les paramètres évoqués précédemment. Mais alors, qu’est-ce qui fait un bon isolant et surtout, comment le choisir ? 

Sommaire :

Qu'est-ce qu'un bon isolant thermique ?

Il existe de nombreux produits pour isoler sa maison. Naturels, minéraux ou synthétiques, ils possèdent tous leurs propriétés, leurs avantages et leurs inconvénients. Pour les comparer, il va donc falloir s’appuyer sur leurs caractéristiques techniques, communes à tous. De plus, des certifications ont été mises en place par l’Etat et d’autres organismes indépendants reconnus pour assurer de la qualité des produits du commerce. Chaque matériau de qualité doit en être doté. Ces certificats représentent alors un moyen rapide de repérer un isolant non-conforme aux normes et réglementations en vigueur. Ils doivent donc également faire partis de vos critères de sélection.

isolation intérieur isolant thermique

Les caractéristiques d'un isolant de qualité

Pour attester de la qualité technique d’un isolant, deux critères sont à prendre en compte :

  • La résistance : notée R, la résistance représente la capacité d’un isolant à résister aux variations de températures. Ainsi, plus la résistance d’un isolant est grande, plus ce même isolant va être considéré comme efficace. Pour chaque structure de la maison, une résistance minimale est imposée. Par exemple, pour l’isolation des combles, la réglementation impose une résistance thermique minimale de 4 m².K/W ou 4,8 m².K/W selon s’il s’agit de combles aménageables ou perdus. Ces normes ne sont que des valeurs minimales imposées, mais il est toujours préférable de choisir des matériaux dotés d’une résistance se situant aux alentours de 7 m².K/W pour avoir une isolation efficace et ainsi réaliser des économies
  • La conductivité thermique : notée λ (lambda), elle caractérise la capacité de l’isolant à conduire la chaleur. A l’inverse de la résistance, la conductivité thermique doit être faible pour qualifier l’isolant d’efficace. En général, un isolant performant possède une conductivité thermique située entre 0,025 et 0,05 W/m.K

Si un isolant ne possède pas de bonnes caractéristiques techniques, il est toujours possible de l’utiliser. Il faudra alors augmenter l’épaisseur de la couche isolante pour palier à ce problème.

Les certifications des isolants

Afin d’y voir plus clair, le gouvernement ainsi que certaines associations, ont mis en place des certifications attestant de la qualité, de la performance, mais également de la sécurité des matériaux. Ces certificats sont reconnus et vous permettent de vous assurer de la fiabilité des produits. Parmi eux, on retrouve :

  • Le marquage CE : un produit qui bénéficie de ce marquage est un produit conforme aux normes et aux exigences européennes. Il est obligatoire et prouve que le fabricant à réaliser des contrôles sur le produit pour en valider la qualité
  • La certification ACERMI : née de l’Association pour la Certification des Matériaux Isolants, elle est spécifique à l’isolation et aux isolants. Elle n’est pas obligatoire et est délivrée par un organisme indépendant mais elle est reconnue par l’Etat. Cela reste donc une excellente garantie sur la qualité de l’isolant annoncé par le fabricant
  • La certification Keymark : ce dispositif est reconnu dans de nombreux pays d’Europe et s’applique sur les éléments de construction. Il atteste essentiellement de la sécurité à utiliser un isolant thermique. Il permet également d’assurer la qualité de la performance indiquée par le fabricant
  • La certification Cekal : cette certification est plus spécifique aux vitrages. En effet, elle atteste de la performance thermique et phonique annoncée par le fabricant et valide la sécurité à utiliser le produit. Elle est indispensable si vous souhaitez réaliser une bonne isolation des fenêtres

L’isolant thermique naturel

Aussi appelé isolant biosourcé, l’isolant thermique naturel fait parti des moyens d’isolation les plus écologique et les plus sains. Ils sont issus de végétaux, d’animaux ou de matériaux recyclés et se déclinent sous toutes les formes (panneaux, rouleaux ou morceaux) pour s’adapter facilement à toutes vos structures. Ils obtiennent également de très bonnes performances thermiques et phoniques. Cependant, leur prix reste encore très élevé sur le marché et ils possèdent généralement une épaisseur plus importante que les isolants “classiques”, pour les mêmes caractéristiques. De plus, leurs traitements contre la moisissure et le feu ne rend pas leur impact environnemental totalement nul. Les isolants thermiques naturels restent, tout de même, la meilleure solution pour une isolation éco-responsable.

Le bois

Il se décline sous toutes les formes : laine de bois, fibre de bois ou encore panneaux. Il peut donc être utilisé pour de nombreuses structures de la maison. C’est un très bon isolant thermique, tout particulièrement en été lors des grandes chaleurs, mais également un isolant acoustique efficace. C’est un matériau perméable à la vapeur d’eau, ce qui peut être une solution lorsque les parois sont sujets à l’humidité. La fibre de bois pourra alors absorber et restituer l’humidité, ce qui permettra au mur de respirer. Contrairement aux matériaux minéraux, la laine de bois ne se tasse pas avec le temps. Cette propriété fait qu’elle possède une durée de vie plus importante. Cependant, comme une grande majorité de matériaux naturels, le bois est fortement inflammable. Pour palier à cela, des traitements chimiques restent essentiels pour vous assurer une résistance au feu. 

Le chanvre

Le chanvre, tout comme le bois, se décline sous toutes les formes. C’est un matériau durable dont la production est écologique. Il n’a pas d’odeur et n’est pas irritant pour les poumons. Enfin, ses bonnes performances thermiques et acoustiques font de lui un matériau de qualité. Cependant, il est fortement déconseillé de l’utiliser dans les pièces humides telles que les salles de bains afin de préserver son pouvoir isolant. Sa forte résistance mécanique fait du chanvre un matériau qui ne se tasse pas avec le temps et donc ayant une bonne durée de vie.

La ouate de cellulose

La ouate de cellulose est issue du recyclage des déchets d’imprimerie et des journaux. Il doit donc subir certains traitements notamment anti-feu, mais aussi contre les rongeurs et la moisissure. Elle est disponible sous la forme de panneaux isolants ou en vrac pour s’adapter à plusieurs parois et techniques d’isolation. En vrac, elle sera cependant plus sensible au phénomène de tassement qu’en panneau. Elle possède de bonne caractéristiques thermiques et phoniques mais n’est pas le matériau le plus recommandé en cas d’humidité. 

Le liège

Le liège est un très bon isolant thermique et phonique grâce à sa structure. Il est léger imputrescible et résiste à l’eau et aux insectes. Sa plus grande force est sa forte résistance à la compression qui fait de lui un matériau solide à durée de vie illimité. Recommandé notamment dans l’isolation des sols et toiture terrasse, il se décline sous toutes les formes pour s’adapter aux structures les plus irrégulières de la maison (panneaux de liège expansé, granulés de liège ou encore rouleaux de liège aggloméré). Le principal inconvénient du liège est son prix. Difficile à produire, il fait parti des produits biosourcés les plus onéreux. En général, il est utilisé en complément d’un autre isolant pour limiter les coûts. 

La laine de mouton

La laine de mouton, plus souvent utilisée dans le textile, est également un bon isolant naturel à la fois thermique et phonique. Avant d’être utilisé en temps que tel, la laine de mouton doit être traitée contre le feu et également contre les parasites.On la retrouve en vrac ou sous forme de rouleau. Elle est légère, facile à poser et est sain pour les occupants du foyer. Contrairement à d’autres produits, il ne subit que peu de transformation ce qui réduit considérablement son impact environnemental. Cependant, la laine de mouton est difficile à mettre en place notamment sur les parois verticales. Son coût et sa faible résistance à la chaleur fait de la laine de mouton un matériau assez difficile à utiliser et demande souvent les conseils d’un expert en isolation.

Le coton

Le coton est un excellent régulateur d’humidité.. Il est capable d’absorber et de restituer l’humidité sans altérer ses caractéristiques isolantes. Il sera donc un isolant idéal pour les pièces les plus humides comme les sous-sols par exemple, ou encore dans les régions à fortes intempéries. Ses bonnes performances thermiques et acoustiques font qu’il n’est pas nécessaire de l’utiliser sur une large épaisseur. Enfin, le coton à une excellente durée de vie et ne subit pas les effets de tassement comme les laines minérales. Il fait parti des matériaux naturels les moins chers du marché et bénéficie d’un très faible impact environnemental. Attention toutefois à la composition de votre isolant coton car certains fabricants peuvent utiliser des pesticides et d’autres produits chimiques dans la culture et la fabrication des isolants. Seuls les traitements contre le feu et les parasites sont nécessaires.

Les isolants naturels sont de plus en plus populaires grâce à leur faible impact environnemental. Il en existe encore beaucoup d’autre comme la paille, le lin ou encore la chaux. Il est important de bien se renseigner au préalable et de faire appel à un professionnel de l’isolation qui saura vous guider vers le meilleur choix de matériau pour une isolation économique, écologique et efficace.

L’isolant thermique minéral

Les isolants minéraux sont les plus répandus en France grâce à leur excellent rapport qualité/prix. Ils font parti des moins chers du marché et s’adaptent parfaitement à toutes les structures et parois de la maison grâce à leur déclinaison de forme (panneau, rouleau, morceau). La laine de verre et de roche sont de loin les plus populaires, mais il existe aussi d’autres isolants minéraux, moins connus, comme la perlite, la vermiculite et l’argile expansée. En dehors de leur coût abordable, le principal avantage d’un isolant minéral est qu’il est incombustible et imputrescible, c’est-à-dire qu’il ne craint ni le feu, ni la moisissure. Cependant, même si ce n’est pas le cas pour tous les produits minéraux, la plupart ont une durée de vie limitée et doivent être changé régulièrement pour garder une bonne performance d’isolation.

argile isolant thermique minéral

La laine de verre et la laine de roche

Ce sont les produits les plus répandus et possèdent le meilleur rapport qualité/prix. La performance thermique et acoustique permet une bonne isolation des structures de la maison, notamment pour l’isolation des murs, et leur présence sous différentes formes leur permet de s’adapter à toutes les parois. Cependant, les laines minérales posent de plus en plus de problèmes sanitaires. Elles sont très irritantes et pourraient causer des problèmes de santé chez certains utilisateurs. De plus, elles n’ont pas de propriétés de régulation de l’humidité ce qui oblige les particuliers à les coupler à des pare-vapeurs afin d’éviter les problèmes d’humidité. Enfin, les laines minérales se tassent avec le temps. Il est donc nécessaire de les remplacer environs tous les 10 ans pour assurer leurs propriétés isolantes. 

L'argile expansée

Tout comme les laines minérales, l’argile est totalement incombustible et imputrescible. Elle peut être utilisée en mélange avec du ciment par exemple ou sous forme de billes d’argile. Elle possède une bonne durée de vie et est indéformable. Elle n’est également pas sensible au gel ce qui en fait un matériau très résistant. Si sa performance acoustique est très bonne, sa performance thermique l’est moins. De ce fait, l’argile est essentiellement utilisé pour une isolation phonique et en mélange avec d’autres matériaux pour créer, par exemple, des chapes allégées. 

La perlite et la vermiculite

Beaucoup moins connus, la perlite et la vermiculite se présente essentiellement en vrac mais peuvent, plus rarement, se vendre sous forme de panneaux. Présentant une performance d’isolation moyenne, ces matériaux sont généralement à mélanger avec d’autres comme le ciment ou la chaux, pour créer des chapes allégées et isolantes. Ce sont des matériaux très robustes qui ont une bonne résistance mécanique et qui sont donc idéaux pour l’isolation d’un toit-terrasse. Cependant, leur coût est très élevé et ne conviendra pas à tous les budgets. 

 

Les isolants minéraux sont des matériaux qui présentent un très bon rapport qualité/prix, notamment en ce qui concerne les laines minérales. Ils sont très populaires et s’adaptent parfaitement à toutes les structures de la maison. Cependant, ils peuvent se montrer irritants et ont tendance à s’affaisser avec le temps.

L’isolant thermique synthétique

Issus du pétrole, les isolants synthétiques se diversifient sous différentes formes de plastique. Si l’on considère l’aspect écologique de ces matériaux, ce ne sont pas les meilleurs du marché. Très coûteux en énergie pour leur fabrication et non-recyclables, les isolants synthétiques ont un impact environnemental très élevé. Cependant, ils offrent une excellente isolation thermique en un minimum d’épaisseur. De plus, ils sont très légers, imperméables, imputrescibles et s’adaptent parfaitement à toutes les structures grâce à leur déclinaison en mousses ou en panneaux. Leur insensibilité à l’humidité fait de ces matériaux des produits idéaux pour les zones les plus exposées. Mais attention ! Les produits synthétiques sont à utiliser avec précaution et parcimonie car ils sont hautement inflammables et dégagent une vapeur toxique en cas d’incendie. En plus de tout cela, ils ne sont pas de très bons isolants phoniques.

Le polystyrène

Fabriqué sous forme expansée (grossis) ou extrudée (compressée), les panneaux ou les billes de polystyrène possèdent une bonne résistance mécanique et de bonnes performances en isolation thermique. Insensibles à l’eau ou l’humidité, cela en fait d’excellents isolants pour vos structures extérieures. Il est important de noter cependant que le polystyrène extrudé possède une meilleure résistance mécanique que le polystyrène expansée qui aura tendance à s’affaisser avec le temps.

Le polyuréthane

Le polyuréthane fait parti des isolants synthétiques les plus efficaces. Ses capacités d’isolation sont optimisées permettant de réduire l’épaisseur des plaques isolantes. De plus, il possède une bonne résistance mécanique ce qui fait de lui un bon matériau pour l’isolation du toit ou même du sol. Il peut se présenter sous forme de panneaux ou de mousses pour faciliter l’isolation. Ainsi, il est aussi favorisé pour isoler des endroits difficiles d’accès. Le polyuréthane reste un matériau relativement onéreux

La mousse phénolique

Comparable au polyuréthane, la mousse phénolique est un très bon isolant thermique. Sensible à l’eau, il doit subir un traitement hydrofuge avant d’être utilisé comme isolant. Contrairement aux autres isolants synthétiques, il est donc plus recommandé pour une isolation par l’intérieur pour éviter une trop grande exposition à l’eau. La mousse phénolique est aussi le meilleur isolant synthétique phonique et celui qui dégage le moins de fumée nocive en cas d’incendie. Son prix est toutefois très élevé.

Les isolants synthétiques présentent de nombreux inconvénients. Non-recyclables, polluants, nocifs, relativement onéreux et bénéficiant de mauvaises capacités acoustiques, ils ne sont pas recommandés en toutes circonstances. Cependant, si vous devez réaliser une isolation extérieure ou que vous ne disposez pas de beaucoup d’espace, les isolants synthétiques, à l’image des isolants minces, seront certainement vos alliés.

Les isolants thermiques nouvelle génération

De nouveaux matériaux ont fait leur apparition sur le marché. Nés de la nécessité de ne réaliser que peu ou pas de travaux d’isolation, ils se présentent souvent comme un complément d’isolation. Ne pouvant se suffire à eux-mêmes, ils ne peuvent améliorer que légèrement votre confort thermique et acoustique. Parmi ces matériaux nouvelle génération, on retrouve : 

  • Les rideaux isolants : à placer devant une paroi vitrée comme les fenêtres, les portes-fenêtre ou encore les portes, les rideaux d’isolation peuvent être une bonne solution si vous sentez de léger courants-d’air provenant de vos surfaces vitrées. C’est une solution particulièrement recommandée pour les locataires qui ne peuvent pas réaliser de travaux de rénovation
  • Les films isolants : tout comme les rideaux, les films d’isolation sont adaptés aux surfaces vitrées. A coller sur votre vitrage, le film isolant vous permettra d’améliorer légèrement les capacités thermiques et phoniques de votre vitrage. Il convient parfaitement aux locataires ne pouvant effectuer de travaux de rénovation 
  • Les peintures isolantes : jouant principalement sur la réflexion des infrarouges, la peinture isolante permet d’accroître l’isolation déjà mise en place au niveau des murs. Il en existe pour l’intérieur comme pour l’extérieur. Le principal avantage de ce procédé est qu’il n’y a pas de perte d’espace. Bien entendu, la peinture isolante ne suffit pas à faire une bonne isolation des murs et doit donc venir en complément d’une isolation “classique”

Les isolants thermiques sont nombreux. On peut aussi parler du placoplâtre, également nommé placo isolant. Une innovation conçue pour l’isolation intérieur ; connu pour son installation facile. Qu’ils soient naturels ou synthétiques, en panneaux ou en vrac, ou même bons pour l’environnement, les isolants possèdent des caractéristiques qui leur sont propres et qui permettent de s’adapter à toutes vos structures, parois, besoins et même budget. Le meilleur isolant sera alors celui qui rassemblera tous les critères adaptés à votre situation. Aucun isolant n’est universel et bien le choisir est déterminant dans la qualité de votre isolation. N’hésitez pas à faire appel à un professionnel de l’isolation qui saura vous conseiller et vous guider dans tous vos choix. Si des travaux de rénovation ne sont pas envisageables mais que vos structures demandent une meilleure isolation, des solutions existent comme les peintures ou les rideaux isolants. Enfin, des aides sont à votre disposition, sous condition d’éligibilité, afin de vous soutenir dans vos travaux d’isolation. 

Ils sont utilisés en isolation de maison pour limiter les déperditions de chaleur et donc faire des économies de chauffage. Cela permet d’augmenter la performance thermique de la maison ainsi que son confort. De plus, bien choisi, l’isolant peut également servir pour une isolation acoustique.

Un bon isolant thermique se caractérise par une résistance (R) élevée et une conductivité faible. Chaque structure de la maison, comme les combles perdus, les murs, les planchers ou les toitures requièrent une résistance thermique minimale. L’isolant doit donc être adapté à la paroi ainsi qu’à la technique (isolation par l’extérieur ou par l’intérieur).

Il existe trois familles d’isolant : les isolants naturels comme le lin, le bois ou le chanvre, les minéraux comme la laine minérale de verre ou de roche et les synthétiques comme le polystyrène expansé, le polyuréthane ou les isolants minces. Chaque type d’isolant possède ses avantages et ses inconvénients.

0
ans

C’est la durée de vie moyenne des laines minérales. Au-delà, leur propriétés d’isolation sont beaucoup moins performantes.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela. J'accepte Lire la suite