L’isolant thermique mince : une solution d’isolation efficace ?

Accueil Le guide complet de l’isolation Isolant thermique : comment faire son choix ? L’isolant thermique mince : une solution d’isolation efficace ?

L'isolation thermique grâce aux isolants minces

L’isolation d’un bâtiment est une étape incontournable lorsque l’on souhaite construire une maison. Soumises à des réglementations thermiques strictes, les constructions neuves sont généralement bien isolées, ce qui améliore grandement leurs performances énergétiques. En ce qui concerne les bâtiments plus anciens, c’est une autre histoire. Non soumises aux mêmes normes, les vieilles structures présentes souvent quelques failles. Des travaux de rénovation sont donc à envisager afin d’améliorer le confort des occupants tout en réalisant des économies d’énergie. Pour cela, il existe de nombreux isolants thermiques adaptés à chaque structure. Parfois contraignants à mettre en place, de nouvelles solutions ont émergées à l’image des isolants minces. Avec leur épaisseur réduite, c’est une promesse d’efficacité en un minimum de place qui est faite par les fabricants. Mais sont-ils vraiment capables de rivaliser avec des matériaux plus traditionnels ? On vous dit tout sur l’isolant mince pour vous aider à y voir plus clair et surtout à faire le meilleur choix d’isolation. 

Sommaire :

Caractéristiques et performances d'un isolant thermique mince

Un isolant thermique mince, aussi appelé Produit Réfléchissant Mince (PRM) ou Isolant Mince Réflecteur (IMR), est un produit qui se veut aussi performant que fin pour éviter la perte d’espace habitable, bien connue des matériaux plus traditionnels. Pour ce faire, ce matériau est composé de diverses couches isolantes et réfléchissantes. Il est souvent présenté comme la solution miracle pour l’isolation, mais qu’en est-il réellement ?

isolation mur isolant mince

Qu'est-ce qu'un isolant thermique mince ?

Un isolant thermique mince est une succession de fines couches de matériaux isolants divers, associées par deux feuilles d’aluminium ou de plastique permettant de réfléchir le rayonnement solaire. Le nombre de couches et leurs natures vont définir la performance du PRM. Cette dernière se traduit toujours par la résistance et la conductivité thermique, comme tout autre matériau. Grâce à cette configuration, le PRM atteint rarement plus de quelques centimètres d’épaisseur, contrairement aux 20cm nécessaires à la laine de verre, ou même, à la laine de roche. Un gain d’espace non-négligeable mais qui demande une pose irréprochable pour être efficace.

L'isolant mince peut-il suffire à une bonne isolation ?

Les isolants minces présentent bien des avantages. Cependant, peut-on assurer leur efficacité ? Malheureusement, s’il est plus fin qu’un matériau classique, le PRM est aussi moins performant. La résistance thermique, qui permet de déterminer le meilleur isolant, oscille entre 0,5 et 2 m².K/W contre 7 m².K/W pour les laines minérales. Une différence importante surtout lorsque l’on sait que les murs d’un logement doivent impérativement avoir une résistance minimale de 2,9 m².K/W. Les isolants minces ne sont donc pas suffisants pour assurer une isolation efficace et complète, mais peuvent, sans problème, venir compléter une isolation déjà existante.

L'isolant mince : un matériau pratique et résistant

Si la multicouche ne permet pas une isolation suffisante des parois, elle peut tout de même avoir une utilité dans votre maison. Ces matériaux ne sont donc pas à négliger, notamment si vous sentez que votre confort thermique pourrait être amélioré.

Un isolant fin et facile à poser

Le PRM se présente sous forme de rouleau souple et léger. Ces propriétés le rendent donc maniable et adapté à toutes les structures. En ce qui concerne sa pose, il est toujours préférable de la confier à un professionnel de l’isolation. Cependant, avec quelques conseils d’installation, il vous sera possible de procéder à des travaux vous-même comme pour le placo isolant. Son aspect fin lui permet d’être découpé à l’aide d’un simple cutter et fixé grâce à des agrafes.

Une résistance accrue

Les isolants synthétiques, ont cette particularité d’être très résistants. La multicouche mince ne fait pas exception et ne craint ni le feu ni l’humidité, et encore moins les rongeurs. De ce fait, il possède une bonne durée de vie et ne nécessite pas l’installation d’un pare-vapeur, profitant d’une excellente étanchéité. De plus, il n’est pas irritant ou toxique pour les occupants du foyer.

Un complément d'isolation efficace

Très facile à poser et résistant, le PRM ne manque plus que de performances. De ce fait, il est un bon complément d’isolation. Toutefois, il est important de s’assurer que votre isolation déjà mise en place ne possède pas de pare-vapeur. Si c’est le cas, il conviendra de le lacérer au préalable pour éviter tous risques de condensation. L’isolant mince permet également d’offrir une légère isolation aux structures peu utilisées comme les garages ou abris de jardin. N’étant soumis à aucunes normes, la simple utilisation de ce produit est suffisante pour apporter un léger confort thermique. D’autres alternatives sont possibles comme le rideau isolant ou les peintures isolantes.

Les limites de l'isolant thermique mince

On le sait, l’isolant mince est bien loin de tenir toutes ses promesses. Au-delà de performances insuffisantes, plusieurs autres critères ne favorisent pas son utilisation. 

isolant mince

Un matériau qui ne permet pas une isolation phonique

Contrairement à un bon nombre d’isolants, le PRM ne permet pas d’offrir une bonne isolation phonique. Ainsi, si vous êtes plus ou moins protégé du froid, vous ne serez aucunement à l’abri des nuisances sonores. Une preuve de plus que l’isolation par PRM multicouche ne peut se suffire à elle-même.

Une solution insuffisante pour le respect des normes thermiques

Comme énoncé précédemment, l’utilisation seule d’un isolant thermique mince ne suffit pas à respecter les normes thermiques en vigueur. De plus, ces matériaux semblent plus efficaces en été, grâce à leur propriété réfléchissante, qu’en hiver. Une autre solution d’isolation semble donc indispensable.

Un prix relativement élevé

Si isolants traditionnels et minces ne possèdent pas les mêmes capacités, ils ont pourtant le même prix. Les PRM étaient annoncés comme une solution révolutionnaire par les fabricants. De ce fait, leur prix sur le marché est encore très élevé, oscillant entre 5 € et 30 € le m². Ces tarifs correspondent pourtant à ceux d’une isolation classique aux isolants naturels comme le liège isolant, la ouate de cellulose ou encore l’isolant au chanvre. Les laines minérales semblent même être moins onéreuses avec des prix fluctuants entre 3€ et 20 € le m².

Les isolants minces ne se montrent pas à la hauteur des espérances des fabricants. S’ils sont moins épais, ils n’en restent pas moins irrespectueux des normes thermiques imposées par le gouvernement. De ce fait, ils ne peuvent être utilisés seuls et ne permettent donc pas réellement de gagner de l’espace habitable. Toutefois, leur résistance et leur facilité à la pose leur permettent d’être de très bons compléments d’isolation pour éviter les lourds travaux de rénovation. Ils ne sont donc pas à écarter de vos projets d’efficacité énergétique.

Un isolant mince est un matériau composé de plusieurs couches isolantes entourées de deux feuilles d’aluminium ou de plastique aluminié. Le nombre et la nature des couches peut changer d’une marque à l’autre. Son principal avantage est qu’il est fin et ne fait pas perdre de surface habitable lors de travaux d’isolation. Il joue également le rôle de pare-vapeur en empêchant le passage de la vapeur d’eau.
Un PRM (Produit Réfléchissant Mince) ne suffit pas à mettre en place une isolation de qualité. Cependant, il peut venir en complément d’une isolation déjà existante. Sa légèreté, sa souplesse et son conditionnement en rouleau lui permettent d’atteindre les coins les plus inaccessibles. Il sera donc idéal à utiliser pour une isolation des combles ou de la toiture.
Un PRM possède une résistance se situant entre 0,5 et 2 m².K/W en fonction du nombre de couches isolantes et de leurs natures. Ces performances thermiques ne sont pas suffisantes pour isoler convenablement un bâtiment et limiter les déperditions de chaleur. Par exemple, il est recommandé d’utiliser des isolants ayant une résistance supérieure ou égale à 7 m².K/W comme la laine minérale ou naturel.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela. J'accepte Lire la suite