Quelle est la meilleure technique d’isolation des combles ?

Accueil Isolation Isolation des combles : les travaux d’efficacité énergétique Quelle est la meilleure technique d’isolation des combles ?

Parmi les techniques d'isolation des combles, laquelle est la meilleure ?

Pour réaliser de belles économies d’énergie, l’isolation des combles est une solution très efficace. Pour cela, découvrez ci-dessous comment choisir la meilleure façon d’isoler votre maison.

Pourquoi vouloir la meilleure des isolations pour sa maison ?

Pour réaliser des économies

Selon l’Ademe, les déperditions énergétiques les plus conséquentes dans une maison ont lieu au niveau de la toiture. C’est près de 25 % à 30 % de chaleur qui s’échappe par le haut de votre logement. Les conséquences ? Des factures d’énergie salées causées par une tendance à la surconsommation. Généralement, lorsque les occupants d’un même foyer ne bénéficient pas d’un confort thermique optimal, il n’est pas rare que la température du système de chauffage soit augmentée de quelques degrés. Ce phénomène de compensation du froid amène inévitablement à consommer une quantité d’énergie plus importante. Les factures d’énergie peuvent alors être salées. Pour résumer, un logement bien isolé peut vous assurer de belles économies d’argent, et ce, jusqu’à près de 30 % !

Pour réduire son impact environnemental

Lorsque l’on habite une maison mal isolée, les pertes de chaleur sont importantes : cela conduit inévitablement à consommer davantage d’énergie. Et qui dit consommation énergétique plus élevée, dit davantage d’exploitation des ressources énergétiques (et donc leur gaspillage). Ces dernières sont précieuses et chères, elles nécessitent de ce fait d’être utilisées à bon escient. 

C’est en ce sens que le gouvernement mène maintenant depuis de nombreuses années une politique de préservation de l’environnement. Son grand défi : les habitations encore trop nombreuses à polluer considérablement. Pour cela, un diagnostic de performance énergétique, plus couramment appelé DPE, a été mis en place depuis 2006. Il s’agit d’un bilan de la consommation énergétique des biens immobiliers, qui est obligatoire pour toute transaction immobilière. Celui-ci donne des indications sur le niveau de consommation énergétique du logement ainsi que sur son impact environnemental, à travers son taux d’émissions de gaz à effet de serre. Le DPE donne une note globale située entre A (la meilleure) et G (la moins bonne). Ainsi, bien isoler votre habitation peut vous aider à moins gaspiller d’énergie tout en vous faisant bénéficier d’un bon DPE, chose non-négligeable pour toute éventuelle vente ou location.

Des aides financières existent !

L’isolation des combles figure parmi les travaux de rénovation énergétique. Ces derniers sont éligibles à des aides financières et de nombreux foyers peuvent donc y prétendre. Ces aides ont pour but de soutenir et d’encourager les Français à améliorer les performances énergétiques de leur logement. Certaines conditions sont à remplir. Dans la plupart des cas, il est demandé de passer par les services d’un professionnel certifié RGE (Reconnu Garant de l’Environnement), que le logement ait plus de 2 ans et que la demande soit établie avant la signature du devis. Voici l’ensemble des aides qui existent pour une isolation des combles : 

  • MaPrimeRénov’ ; 
  • la Prime CEE
  • la TVA à taux réduit
  • l’éco-PTZ
  • l’aide Habiter mieux sérénité de l’Anah ;
  • les aides locales

Toutefois, attention aux offres d’isolation des combles à 1€ proposées par certains artisans. Certains professionnels peuvent cacher des pratiques malhonnêtes. Sachez que depuis le début de l’année 2021, un reste à charge minimal de 10 % est maintenant obligatoire !

Quelle est la meilleure méthode d’isolation des combles ?

Pour les combles perdus

On parle de combles perdus lorsque ces derniers ne sont pas habitables. Dans ce cas de figure, deux méthodes d’isolation des combles perdus sont envisageables :

  • par soufflage : cette technique est simple à mettre en place étant donné qu’elle consiste tout simplement à souffler des flocons d’isolants en vrac. Elle est particulièrement utilisée pour isoler des combles difficiles d’accès ;
  • par pose de rouleaux ou de panneaux : ici, les rouleaux ou les panneaux sont directement installés au niveau du plancher des combles. 

Une isolation des combles perdus par l’intérieur vous coûtera en moyenne entre 18 € et 53 € du m². Les matériaux les plus fréquemment utilisés sont la laine de verre, de roche ou bien le polystyrène expansé pour le vrac.

Pour les combles habitables

Pour l’isolation des combles aménageables, la hauteur sous plafond est généralement plus importante. Cela permet donc de procéder à une isolation au niveau des rampants de la toiture, et ce, grâce à des panneaux ou bien des rouleaux isolants. L’isolant s’installe alors entre ou bien en dessous des chevrons. Généralement, deux couches épaisses sont nécessaires pour bien isoler le toit. Pour une isolation des combles aménageables, les laines sont le plus souvent utilisées. Comptez en moyenne 56 €/m² pour une isolation intérieure des combles aménageables.

L’isolation des combles par l’extérieur

Généralement, l’isolation des combles par l’extérieur (ITE) est préférée lorsque l’on souhaite préserver son espace intérieur. Dans le cas de combles aménageables, une isolation par l’intérieur peut venir grignoter de l’espace disponible. Néanmoins, l’isolation par l’extérieur convient également très bien aux combles perdus.

L’ITE permet d’éviter les ponts thermiques, c’est-à-dire des zones de déperdition thermique plus ou moins petites, qui laissent la chaleur s’échapper malgré un système d’isolation. Plus efficace, l’isolation des combles par l’extérieur est plus chère que l’isolation des combles par l’intérieur. En effet, elle implique une découverture totale du toit. Elle est avant tout recommandée lorsque lorsque la toiture présente des problèmes d’étanchéité. Comptez en moyenne 187 €/m² pour une isolation des combles par l’extérieur.

Quel est le meilleur isolant pour l’isolation de ses combles ?

Les isolants minéraux

Parmi les plus utilisés dans les travaux d’isolation thermique, les isolants minéraux ont la cote dans de nombreux foyers français. Leur rapport qualité/prix séduit. En grande partie d’origine naturelle, ils proviennent de roches volcaniques ou bien de verre recyclé et de sable. Voici les principales caractéristiques des isolants minéraux : 

Isolants minéraux
Caractéristiques
Laine de verre
Élaborée à partir de la fusion de sable et de verre recyclé


Bonne isolation phonique et thermique


Bonne résistance au feu


Excellent rapport qualité/prix


Nombreux formats : panneaux, rouleaux, vrac

Laine de roche
Provient du basalte issu de l’activité volcanique


Fort pouvoir isolant


Ininflammable par nature


Meilleure durée de vie que la laine de verre

Les isolants synthétiques

Les isolants synthétiques sont appréciés pour leur coût assez peu élevé et pour leurs performances thermiques relativement bonnes. Ils font l’objet de nombreuses qualités : ils sont imperméables, imputrescibles et particulièrement légers. Généralement sous forme de panneaux, leur utilisation est privilégiée pour une isolation par l’extérieur. Cependant, notez que deux désavantages caractérisent les isolants synthétiques : ils ont tendance à être inflammables et leur isolation phonique est faible. Dans le cadre de logements anciens, leur utilisation n’est donc pas vivement recommandée.

Isolants synthétiques
Spécificités
Polystyrène expansé
Capable d’emprisonner l’air : assez bonne isolation thermique


Instabilité dans le temps : perte de volume


Faible isolation phonique et longévité

Polyuréthane
Meilleures performances thermiques que le polystyrène


Peu performant pour l’isolation phonique


Facilement inflammable

Les isolants naturels biosourcés

On parle d’isolant biosourcé lorsque le matériau utilisé est issu de la biomasse d’origine animale ou végétale. D’origine naturelle ou bien recyclée pour la ouate de cellulose, leur impact environnemental est réduit. D’autant plus qu’un grand nombre d’entre eux peut être produit localement. Découvrez l’ensemble des isolants biosourcés ci-dessous :

Isolants biosourcés
Propriétés
Chanvre
Bonne isolation phonique et thermique


Traité au sel de bore contre le feu : recyclable en fin de vie

Fibre de bois
Bonne isolation thermique


Excellente isolation phonique

Ouate de cellulose
Fabriquée à partir de papier recyclé


Excellente inertie


Bonne isolation phonique et thermique

Fibre de lin
Fibres de lin utilisées : celles trop courtes pour l’industrie textile


Relativement bonne isolation thermique et phonique


Très bon régulateur de la température


Capable d’absorber et de restituer l’humidité

Laine de mouton
Bonne isolation phonique et thermique


Faible inertie


Régule le taux d’hygrométrie (taux d’humidité dans l’air)

Liège
Plus efficace que la fibre de bois


Existe uniquement en plaques ou en vrac


Difficilement inflammable

Sachez que les isolants naturels présentent tout de même quelques inconvénients. Ils ont tendance à être légèrement moins efficaces que les isolants synthétiques ou minéraux. Bien que leur origine soit naturelle, ils ne le sont pas toujours jusqu’au bout : des traitements sont souvent appliqués sur les matériaux pour les rendre résistants au feu, aux nuisibles ou encore à l’humidité.

Voici ci-dessous un aperçu des fourchettes de prix appliquées selon les différents types d’isolants :

Types d’isolants
Matériau
Prix au m²
Minéraux
Laine de verre
3 € à 10 €
Laine de roche
5 € à 15 €
Synthétiques
Polystyrène expansé
8 € à 10 €
Polyuréthane
15 € à 25 €
Naturels biosourcés
Chanvre
10 € à 25 €
Fibre de bois
10 € à 25 €
Ouate de cellulose
15 € à 20 €
Fibre de lin
15 € à 25 €
Coton
15 € à 30 €
Laine de mouton
20 € à 25 €
Liège
20 € à 30 €

Foire aux questions

Il n’existe pas de réponse universelle à cette question. En effet, la meilleure isolation sera celle qui sera la mieux adaptée à vos attentes ainsi qu’à vos besoins. Par exemple, l’importance de votre budget aura son rôle à jouer, tout comme vos préférences en termes de matériau, la nature de vos combles ainsi que la technique d’isolation utilisée.

Pour une bonne isolation des combles, il est généralement recommandé de choisir un isolant dont l’épaisseur se situe entre 15 cm et 20 cm. En dessous, la qualité de l’isolation peut ne pas s’avérer optimale. En cas de manque de place, il est également possible de recourir à une isolation par l’extérieur. Attention : ce type d’isolation est plus cher.

Pour une isolation des combles réussie, il est essentiel que votre habitation soit bien imperméable à l’humidité et à la vapeur, mais aussi qu’elle soit dotée d’un système de ventilation ou de climatisation efficace. Notez que la présence de ponts thermiques est davantage possible lorsque l’isolation est effectuée par l’intérieur. Il est vrai qu’une isolation par l’extérieur reste toutefois plus chère.

0 %
Des déperditions thermiques

30 % des pertes issues des déperditions thermiques proviennent d’un toit mal isolé selon l’Ademe. Isoler ses combles permet donc de réduire les déperditions d’énergie !