Les étapes pour une rénovation énergétique réussie 

Aujourd’hui la rénovation énergétique est devenue un vrai enjeu économique : économies  d’énergie, meilleur investissement sur le long terme, prise de valeur du bien… De plus, ces  travaux peuvent être en partie financés par les aides de l’État : il faut en profiter ! Entreprendre une rénovation énergétique n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît. Il faut étudier le  logement en question dans sa globalité pour envisager la meilleure solution (isolation par  l’intérieur ou par l’extérieur, rénovation du système de chauffage…), établir son budget et bien  sélectionner les professionnels qui se chargeront du projet. On vous en dit plus sur les points de  vigilance pour réussir sa rénovation énergétique.

Étape 1 – Bien étudier son logement 

Tout commence par l’étude du bien par un thermicien spécialiste : recueil d’informations sur le  système de chauffage actuel, l’isolation existante… Cette étude permettra également de : 

– Réaliser une modélisation de votre logement afin de proposer différents scénarios de  rénovation énergétique 

– Calculer les économies d’énergies après travaux 

– Vérifier l’éligibilité aux aides financières de l’État et calculer leur montant – Comparer les retours sur investissement par scénario afin de choisir le plus performant Exemple : Comparons les surfaces déperditives d’une maison en rez-de-chaussée par rapport à  une maison en R+1. Ça tombe sous le sens, au vue de la configuration de chaque maison : – Au niveau des murs : la surface déperditive est inférieure pour la maison en RDC – Au niveau des sols : la surface déperditive est supérieure pour la maison en RDC

Étape 2 – Établir son budget

Avant de choisir le meilleur scénario il est important d’établir son budget, on pourra proposer des  scénarios cohérents et réalisables. Il faudra prendre en compte que des aides de l’État peuvent  s’ajouter, vous offrant un plus grand panel de travaux ou un professionnel plus qualitatif.

Étape 3 – Choisir le meilleur scénario

Pour améliorer l’efficacité énergétique d’un logement, on peut agir sur différents leviers :

– Isolation par l’intérieur 

– Isolation par l’extérieur 

– Isolation de la toiture ou des combles 

– Rénovation des menuiseries 

– Rénovation du système de chauffage : PAC, chaudière, chauffe-eau…  

Il est toujours plus intéressant d’agir sur plusieurs leviers en même temps pour garantir une  performance globale du logement, cependant le choix de scénario sera contraint par le budget ou  les délais par exemple.

Lire également :   Estimer les travaux avant un achat immobilier en Espagne

Étape 4 – Choisir le bon professionnel 

Après la théorie on peut passer à la pratique ! Il est primordial de bien choisir son équipe de  professionnels. Pour ce type de travaux il ne faut pas choisir le moins cher mais plutôt le plus  expérimenté, car ils demandent un niveau de technicité que ce soit pour établir le bilan comme  pour procéder aux ouvrages. Un bon professionnel est la clé pour une rénovation énergétique  réussie

Ce qu’il peut vous arriver en choisissant le mauvais professionnel :

1 – Mauvaise pose de l’isolant

professionnel chargé de l’installation l’a posé sans pare vapeur, on peut dire qu’il n’a pas  procédé de la bonne manière. 

En effet, l’isolant verra sa capacité isolante diminuer au fil des années car il ne supporte pas  l’humidité et l’emmagasinage entraînant une diminution de la résistance thermique. Un bon thermicien sait que le pare vapeur protège un isolant de ce type contre l’humidité, celle-ci  est par la suite absorbée par une VMC. Sans pare vapeur, l’épaisseur de la laine de verre chutera  de moitié (de 120mm à 60mm).

2 – Mauvaise pose du système de ventilation

Lors de l’installation d’une VMC, si les gaines sont mal accrochées et qu’elles se mettent à  bailler : elles se chargeront rapidement d’eau, la condensation entraînera la création d’un  bouchon et affecte directement le débit d’aspiration. En conséquence, le logement sera mal  ventilé et une nouvelle pathologie verra le jour.

3 – Mauvais dimensionnement d’une pompe à chaleur 

Une PAC possède une durée de vie de 20 ans lorsqu’elle est bien dimensionnée et bien installée.  Si le technicien vous installe une PAC sous-dimensionnée ou sur-dimensionnée, celle-ci verra sa  durée de vie diminuer de moitié.

Étape 5 – S’intéresser aux aides de l’État

Il faut bien prendre en compte que monter son dossier administratif de demande d’aide(s) peut  être un processus long et difficile. Pour rendre l’expérience plus fluide il faudra se rapprocher d’un  mandataire CEE qui vous aidera à rassembler le volume important de documents afin que votre  dossier soit complet et puisse être accepté dès la première soumission. 

Choisissez un professionnel RGE capable de vous aider à monter le dossier ainsi que d’effectuer  les travaux dans leur globalité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *