Comment assurer une passoire thermique ?

Nous parlons d’un logement dont l’isolation est si médiocre que l’énergie s’échappe, entraînant des factures de chauffage exorbitantes et un confort thermique médiocre. Les conséquences vont bien au-delà du simple inconfort : une mauvaise isolation peut impacter la valeur de votre bien immobilier, compliquer la revente ou la location et même alourdir votre prime d’assurance habitation.

Les assureurs, attentifs aux risques accrus liés aux logements mal isolés, ajustent souvent leurs tarifs en conséquence. Pas de panique cependant, tout n’est pas perdu. Vous avez des solutions pour améliorer l’efficacité énergétique de votre logement et réduire vos dépenses.

Qu’est-ce qu’une passoire thermique ?

On appelle passoire thermique un logement qui consomme trop d’énergie dans sa préservation de température. Visualisez une passoire. Le terme « passoire thermique » est donc utilisé dans l’immobilier pour décrire un bâtiment ou un logement qui présente une très mauvaise isolation thermique, comme une maison avec des trous, semblable à une passoire ! 

Comment savoir si son logement est une passoire thermique ?

Vous êtes chez vous en plein hiver et malgré le chauffage à fond, vous avez toujours besoin de porter des pulls épais et des chaussettes en laine. Pareillement en été, où votre climatisation fonctionne sans arrêt, mais une chaleur étouffante persiste. Votre maison est donc possiblement une « passoire thermique ».

D’autres indices peuvent vous mettre sur la piste, à commencer par le plus voyant : vos factures. Lorsque vos factures de chauffage ou de climatisation sont beaucoup plus élevées que celles de vos amis ou voisins, une mauvaise isolation pourrait en être la cause. Cela pourrait également répondre à certaines questions si vous avez froid l’hiver malgré le chauffage.

Maintenant, si votre logement présente de la moisissure ou une forme de condensation sur les murs, cela veut dire que des bouffées d’air chaudes se déposent sur des surfaces froides, concluez que votre logement a besoin d’une meilleure isolation.

Notez que les maisons construites avant 1975 sont plus susceptibles d’être des passoires thermiques. Avant cette date, les normes d’isolation étaient beaucoup moins strictes qu’aujourd’hui. Donc une petite remise à neuf pourrait être intéressant.

Comment évalue-t-on le DPE ?

Ne vous en faites pas si vous avez le moindre doute, le DPE permet d’évaluer la « santé » énergétique de votre logement. C’est cette note qui détermine si votre logement est bel et bien une passoire thermique. Ce Diagnostic de Performance Énergétique est effectué par un professionnel à qui vous devrez fournir vos factures d’électricité et titre de propriété entre autres.

Pendant la visite du logement, le diagnostiqueur s’appliquera à calculer le DPE après avoir vérifié :

  • le chauffage ;
  • la production d’eau chaude ;
  • le refroidissement ou climatisation ;
  • l’éclairage ;
  • la ventilation.

Après avoir évalué et calculé le DPE de votre logement, le professionnel vous attribuera une étiquette (de A à G) et vous fournira des recommandations pour améliorer les performances énergétiques de votre logement.

L’effet d’une mauvaise note au DPE sur votre assurance habitation

L’importance de l’énergie sur le marché locatif français

Faites attention ! Depuis le 1ᵉʳ janvier 2023, les logements en France métropolitaine dont la consommation d’énergie finale est supérieure ou égale à 450 kWh/m²/an ne peuvent plus être mis en location pour de nouveaux contrats. Considérés comme non décents, ils font partie de la catégorie la plus énergivore, souvent appelée « G+ ».

Et ça ne s’arrête pas là, depuis le 24 août 2022, indexer le loyer pour les logements classés F et G au DPE est interdit. Les loyers de ces logements énergivores ne peuvent plus être augmentés en cours de bail et sont donc « gelés ». Des mesures qui s’inscrivent dans un plan plus large visant à éliminer les « passoires thermiques » du parc locatif français.

Lire également :   Les aménagements pour une maison éco-responsable

L’évaluation des risques par les assureurs, les conséquences tarifaires pour les assurés

Un logement avec une mauvaise note au DPE est considéré comme un logement qui a plus de chances de provoquer des sinistres : chauffage vétuste qui risque l’incendie, problème d’isolation entraînant moisissure et inondation… En bref, plus votre logement est vétuste et inadapté aux normes énergétiques, plus le coût de votre assurance habitation sera ajusté à la hausse.

En plus de cette hausse, si un sinistre survenait, l’assureur examinerait de près si l’état énergétique du logement a contribué aux dégâts. Si c’est le cas et que le logement a un mauvais DPE, cela entraînerait une réduction de l’indemnisation. C’est pour toutes ces raisons que de plus en plus de compagnies d’assurances proposent des réductions de prime quand vous souscrivez à une assurance habitation après avoir effectué des travaux de rénovation énergétique.

Dans un contexte de crise écologique planétaire, attendez-vous à ce que les passoires thermiques soient lourdement sanctionnées et que cela devienne quasiment une obligation de les remettre à niveau. D’ailleurs, lorsque vous faites des travaux de rénovation énergétiques, prévenez votre assureur actuel ! Il ajustera les cotisations en fonction des risques qui auront disparus ou qui seront amoindris. Et si celui-ci ne souhaite pas renégocier votre contrat, changez votre assurance habitation conformément à la loi Hamon, c’est votre droit.

La rénovation énergétique, une solution ?

Isolations, nouveaux systèmes, énergies renouvelables…

Pour optimiser votre DPE, vous avez tout un panel de systèmes plus ou moins accessibles sur le marché qui vous permettra donc de mieux vous chauffer, de faire des économies d’argent et d’énergie sur le long terme et faire un geste écoresponsable dans l’air du temps qui augmentera la valeur de votre bien immobilier.

Isolation thermique

  • Isolation des murs, du toit et des planchers : réduit les pertes de chaleur et améliore le confort thermique.
  • Remplacement des fenêtres par du double ou triple vitrage : cela empêche la chaleur de s’échapper.
  • Traitement des ponts thermiques : ces zones où la chaleur s’échappe doivent être corrigées pour une meilleure isolation.

Systèmes de chauffage et de production d’eau chaude

  • Mise en place d’une pompe à chaleur : une solution pour chauffer votre maison.
  • Installation d’un chauffe-eau thermodynamique : une production d’eau chaude plus économique.

Ventilation

Installation d’une VMC (Ventilation Mécanique Contrôlée) double flux : système de ventilation qui permet de renouveler l’air intérieur tout en limitant les pertes de chaleur. Une ventilation hygroréglable : s’ajuste automatiquement pour une meilleure efficacité.

Énergies renouvelables

Installation de panneaux solaires photovoltaïques : pour produire de l’électricité ou de la chaleur de manière durable. Utilisation d’une chaudière à biomasse : réduit votre dépendance aux énergies fossiles.

Régulation et programmation

Installation de thermostats programmables : optimise la gestion de votre chauffage. Mise en place de robinets thermostatiques : permet de mieux contrôler la température de chaque pièce. Évolution des normes énergétiques

La loi de transition énergétique de 2015 a fixé l’objectif ambitieux de rénover 500 000 logements par an. Dans la continuité, en 2018, le plan de rénovation énergétique des bâtiments a été mis en place pour éliminer l’ensemble des passoires thermiques d’ici 2028. Pour cela, des aides financières ont été mises en place avec la création de MaPrimeRénov’ en 2020. Aujourd’hui, en plus de l’interdiction des locations des logements les plus énergivores (classés F et G), un audit énergétique est obligatoire pour la vente de ces logements.

Pour être à jour avec les normes environnementales et profiter de l’évolution de la question environnementale dans le monde l’assurance habitation, n’hésitez pas à faire réviser votre logement et le mettre à niveau.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *