Réaliser des économies grâce à l’isolation des combles

par Tristan

Vous habitez dans un logement ancien ? Vous avez remarqué que vos factures d’énergie augmentent année après année ? Vous avez l’impression qu’il fait toujours froid dans votre maison ou appartement ? Il est fort probable que vous habitez dans une passoire thermique. Si vous souhaitez réduire les déperditions de chaleur, la mise en œuvre d’une isolation thermique efficace dans vos combles est un moyen sur de réaliser des économies sur vos factures d’énergie et d’améliorer le confort au sein de votre foyer.

Passoire thermique, que cela implique-t-il ?

Aujourd’hui, près de 8 millions de logements sont mal isolés. Ces logements sont considérés comme étant des ‘’passoires thermiques’’ car ils ne sont pas capables de retenir la chaleur produite à cause de l’absence d’une isolation thermique efficace (normalement notés F ou G, la plus mauvaise note). Sur le plan économique, ces logements sont très couteux car les habitants doivent dépenser des sommes excessives tout au long de l’hiver pour réchauffer leur logement. De nos jours, 3,8 millions de foyers en France ont du mal à payer leurs factures de chauffage chaque année. De surcroit, pour le ménage moyen, 67% de leur consommation énergique de l’habitat est due au chauffage. Une habitation énergivore engendre forcément plus de dépenses énergiques, qui se transforment directement en factures de chauffage par la suite. La mise en œuvre d’un isolant thermique performant est donc essentielle pour minimaliser les déperditions de chaleur du bâtiment et limiter ses besoins énergiques.

Quels sont les sources de déperditions de chaleur ?

Afin de pouvoir décider quels travaux entreprendre en premier, Il faut identifier les parties de votre propriété qui provoquent le plus de déperditions de chaleur. Par exemple, le toit est source de près de 30% des déperditions thermiques d’un bâtiment. Celui-ci agit comme le parapluie du logement ; en raison de sa grande surface et de son exposition permanente à l’extérieur, le toit est la paroi qui perd la plus de chaleur. En effet, la chaleur produite dans l’habitation monte naturellement, sans une barrière isolante, elle finit alors par s’évacuer par le toit. Les murs suivent de près le toit en matière de pertes de chaleur, les murs non isolés sont responsables de 20% des déperditions. Les fuites d’air à elle seules totalisent une perte thermique de 20%. Celle-ci proviennent des cheminées, des hottes, des ouvertures ou encore des huisseries. Enfin, les vitrages sont responsables d’environ 15% de chaleur perdue et le plancher bas 10%. En résumé, avant de penser à renouveler votre système de chauffage, il est indispensable de mettre en place une isolation thermique efficace dans ses combles. 

Quelles solutions existent pour isoler les combles ?

Effectuer des travaux de rénovation énergique au niveau de la toiture permet sans doute de faire des économies sur le long terme ; pour cela il existe plusieurs solutions. Si vous disposez de combles perdus (espace non-habitable et difficilement accessible,) il est conseillé de procéder à une isolation insufflée. C’est une méthode rapide et peu couteuse qui consiste à souffler des flocons isolants sur le sol de vos combles. L’isolant le plus employé est la laine de verre, qui se présente sous forme de rouleaux, panneaux et flocons. Pour les combles perdus accessibles vous pouvez employer cette technique de soufflage ou dérouler simplement des rouleaux d’isolant en doubles couches croisées sur le sol.  Afin que l’isolation soit efficace, l’isolant doit posséder un indice de résistance thermique supérieur ou égal à 7.

En revanche, si vous avez des combles aménagés, plusieurs options sont à votre disposition. Vous pouvez opter pour l’installation d’une isolation par l’extérieur (une technique d’isolation très efficace mais souvent plus couteuse que l’isolation par l’intérieur,) qui consiste à installer des panneaux isolants entre les chevrons sous le toit. Cette technique est souvent complétée par la pose d’un isolant secondaire (multicouches) permettant d’éviter les ponts thermiques. C’est une solution à considérer si vous avez une vieille toiture et vous envisagez de la rénover. Cette option s’adresse donc aux personnes souhaitant garder le maximum de surface habitable dans les combles et potentiellement réaliser une réfection de toiture en même temps. 

Quel type d’isolant choisir ?

Une bonne isolation dot être performante, adaptée et durable. Il existe trois grandes catégories d’isolant thermique : 

l’isolant minéral (la laine de verre, laine de roche.) Ils ont un bon rapport performance / prix, en revanche, ils ne sont pas très denses et offrent un faible déphasage

 l’isolant naturel (liège, fibres de bois, ouate de cellulose, laine de coton) La performance thermique de ces isolants est généralement bonne, car ils sont assez denses et facilitent l’évacuation naturelle de la vapeur d’eau. Parmi les trois catégories, les isolant naturels sont le plus écologique

 l’isolant synthétique (mousse polyuréthane, polystyrène extrudé). Un isolant utilisé en sarking, (une méthode d’isolation thermique de toit par l’extérieur) ou en étanchéité pour les toits plats. Ils sont également performants, résistants à l’humidité et peu couteux.

Investir dans une isolation thermique performante dans vos combles diminuera les déperditions de chaleur de manière considérable, tout en améliorant le confort de votre habitation et en réduisant vos factures d’énergie. Afin d’avoir une isolation efficace, optez pour des isolants de qualité, conformes aux critères exigés par la réglementation RT2020. Pour tout projet d’isolation, il est conseillé de faire appel à une entreprise de couverture. Un isolant mal posé, ou de mauvaise qualité, ne sera ni efficace, ni durable au long terme.

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire